Wolfgang Ludewig - Les Aventuriers dans le labyrinthe de la passion / The Tale of the lucky Knight in the labyrinth of passion

cover_gluecksritter

  

Les Aventuriers dans le labyrinthe de la passion

Birdy et Mollie, dans la trentaine, ont une vision personnelle du monde et du déroulement des choses. Dans le début des années 90, ils partent de Sarrebruck pour un voyage en Crète. Là-bas, ils se heurtent à une vie de vacances haute en couleurs. La lointaine ville de Sougia, sur la côte Sud de la Crète, forme les décors de batailles oratoires folles et de croustillantes situations. Les deux aventuriers sont la version sarroise des films «Herr Lehmann» ou «Die Vollidioten». Même s'ils sont bien formés et qu'ils s'y connaissent dans différents domaines de la vie, ils sont des badauds en équilibre entre la participation et l’adieu à la vraie vie. Leur attitude envers la vie apparaît telle une longue adolescence sans fin, avec l’espoir de ne plus jamais vraiment grandir tout en devant devenir sobre et sérieux. Cette histoire pleine d’humour nous offre entre autres des réflexions profondes comme par exemple les phénomènes astronomiques, l’anthropologie de l’Homme, ou les clins d’œil aux mythes classiques quelques coups de griffe à la génération «d’après 68».

 

The Tale of the lucky Knight in the labyrinth of passion

Birdy and Molly, both in their thirties, have an idiosyncratic view of the world and how things go along. At the beginning of the 1990s they leave Saarbrücken for a journey to Crete. There they meet a motley group of holiday makers. The setting of the hilarious word fights and the piquant situations is Soughia on the south coast of Crete. The two lucky knights are the Saarland versions of Herr Lehmann or Die Vollidioten. Although sophisticated and familiar with many areas of life, they vary as mere onlookers between participation in and farewell from real life. Their attitude towards life is like an endless adolescence – maintaining the hope that you will never have to completely grow up, become earnest and sober in life. Besides the “deep insights” into, for instance, astronomic phenomena, human anthropology or the classical myths, the humorous story also offers funny remarks on the lives of the generation “Z”, the successors of the generation 1968.