Herbert Rätz - La religion de la pureté / The Religion of Immaculatness

cover_reinheit

  

La religion de la pureté

Le mouvement réformateur, l’occultisme et le nationalisme, histoires et structures de mouvements quotidiens.
L’historien Herbert Rätz examine dans son livre les relations idéelles, personnelles et institutionnelles entre les différents aspects du phénomène qu’il a appelé la «religion de la pureté». La conception du monde qui est sous-entendue est radicalement à droite et identique aux décors mobiles qui sont traités comme des «savoirs cachés» dans l’ésotérisme. Le livre s’appelle «Religion de la pureté» car le phénomène est effectivement religieux et non pas politique. La conception de la perfection, de la pureté de la netteté et de leur réalisation dans la vie quotidienne se situe au centre de la théorie humaine méprisante selon l’aspect dans lequel elle apparaît. L’auteur n’observe donc pas seulement le déroulement historique, il aborde aussi les questions psychologiques afin d’expliquer les arrière-plans du phénomène. Il montre dans des analyses de comportement oratoires, que le très étendu «Jargon de la propreté» est une parole diffuse et imprécise caractéristique des hommes qui sont sensibles aux modèles autoritaires et occultistes. Herbert Rätz remet en question dans son oeuvre des représentations confidentes: quel rôle jouent les penseurs nationaux connus sur ce phénomène et dans quelle mesure leur activité est importante dans le présent? Est-ce que le racisme a plus à voir avec la participation méprisante du peuple à la société que l’exclusion d’une autre nationalité?

  

The Religion of Immaculatness

Reformatory movement, occultism and nationalism – the history and structure of a daily life movement.
In his book the historian Herbert Rätz analyzes the ideal, personal and institutional connections between the various realizations of the phenomenon which he called “The Religion of Immaculatness”. The ideology of this religion is right wing extremist and can be compared to the “secret knowledge” of esotericism. The book is called The Religion of Immaculatness because the phenomenon is actually religious and not political. The idea of perfection, imaculateness and ceanliness and their realization in the everyday life is the centre of this mankind-despising doctrine, no matter in what manifestations.
The author does not only consider the historical development, he also deals with the psychological questions in order to explain the background of the various manifestations. In a study about linguistic behaviour he shows that the wide spread “jargon of actualness” – a strange and unclear way of talking – is typical for people who react sensitivly to authoritarian and occult patterns.
In his work Herbert Rätz challenges familiar beliefs: What role do popular national thinkers play in this phenomenon and in howfar is their influence relevant for the present? Is racism rather connected to the despise of certain groups of the population or than to the exclusion of other nationalities?