Waltraud Schuh / Schlinkmann, Monika - Le Journal de Philippe de Vigneulles / The Journal of Philippe de Vigneulles

cover_philippe

  

Le Journal de Philippe de Vigneulles

Chroniques d’un habitant de Metz (1471-1522)
Une traduction du «livre de pensées du messin Philippe de Vigneulles» en vieux français éditée par le Dr. Heinrich Michelant datant des années 1471 à 1522, d’après les écrits de l’auteur parus en 1852 en 24 tomes à la bibliothèque du cercle littéraire de Stuttgart. Avec l’aimable autorisation de la maison d’édition Anton Hiersemann. Traduction et postface de Waldtraut, Eduard Schuh et Monika Schlinkmann.
Le Journal :
Prises d’otages, exécutions cruelles, catastrophes naturelles, guérillas, crimes en tous genres, une année d’apprentissage et de voyage en Italie, des histoires d’amour embrouillées, la peste, des pèlerinages pieux, des fêtes communales joyeuses. Tout cela fait partie des aventures et des souvenirs de Philippe de Vigneulles. Ce marchand de tissus et chaussetier a été un citoyen aisé et très influent de Metz, ville allemande libre de langue française. Son journal est l’un des premiers témoignages de la vie bourgeoise pendant le rayonnement du Moyen-Âge. Philippe écrit comme il parle, c’est à dire dans le dialecte messin des 15 et 16ème siècles. Sur un ton un peu maladroit, il décrit sa vie. C’est comme si l’on pouvait entendre comment, humble et entière, lui est née l’envie de raconter les joies et les souffrances à ses enfants et ses petits-enfants d’une vie hors du commun afin qu’ils se construisent et qu’ils en tirent les vrais enseignements. Auteur de plusieurs tomes de chroniques sur la ville de Metz, il en a écrit plusieurs avant de devenir célèbre. Un collège et une place portent son nom et la ville s’emploie à ce que cet habitant de Metz ne tombe pas dans l’oubli.

 

The Journal of Philippe de Vigneulles

Recordings of a citizen of Metz (1471-1522)
A translation from old French as spoken in Metz, from Dr. Heinrich Michelant’s edition Memoir of the citizen of Metz Philippe de Vigneulles from 1471 to 1522. According to the handwriting of the author it appeared as volume 24 in the library of the literary association of Stuttgart in 1852. With the generous permission of the Anton Hiersman publishing house. Translation and afterword by Waltraut and Eduard Schuh and Monika Schlinkmann.
The Journal:
Hostage-takings, cruel executions, natural disasters, petty wars, any kind of crime, years of travel and apprenticeship in Italy, intricate love stories, the plague, pious pilgrimages, jolly village feasts – all of this was part of the experiences and memories of Philippe de Vigneulles. The textile and drapery trades man was an influential and wealthy citizen of the French speaking free German Reich town of Metz. His Journal is one of the first testimonies of civic life at the end of the Middle Ages. Philippe rites as he speaks, namely in the dialect of Metz as it was during the 15./16. century. He describes his life in a sedate voice. It is as if he was narrating in the simple manner of everyday life language the highs and lows of his extraordinary life to his children and grandchildren, so that they may thrive on them and learn from them. Philippe has become famous as the author of a multi-volume Chronique of Metz. A “college” and a public place have been named after him and ensure that he and the citizens of Metz are remembered.